EN
Qu’est-ce qu’une substance psychoactive?

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « Une substance psychoactive s’entend d’une substance qui, lorsqu’elle est ingérée ou administrée, altère les processus mentaux, comme les fonctions cognitives ou l’affect. » Il s’agit donc d’une substance qui peut provoquer par exemple une sensation de détente, d’euphorie, de désinhibition ou des effets plus intenses comme des hallucinations.

Les effets de l’alcool

L’alcool est un dépresseur du système nerveux central, ou neurodépresseur. Cela signifie qu’il ralentit certaines fonctions cérébrales mais aussi corporelles, comme la respiration et le rythme cardiaque.

L’intensité des effets provoqués par l’alcool dépend de nombreux facteurs tels que :

  • le sexe, l’âge et la taille de la personne
  • La teneur en alcool ( % d’alcool par volume)
  • la quantité absorbée
  • la vitesse à laquelle l’alcool est absorbé
  • l’humeur
  • la prise ou non de nourriture
  • la prise de médicaments
  • etc

Après une première consommation d’alcool, la personne se sentira généralement plus détendue, plus sûre d’elle, euphorique, émotive… En augmentant les doses, d’autres effets peuvent se faire sentir :

  • trouble de la vision
  • perte d’équilibre
  • nausées et vomissements
  • agressivité ou déprime
  • perte de réflexes
  • difficultés à s’exprimer

L’excès d’alcool peut également avoir des conséquences indirectes. En désinhibant la personne qui consomme et en exacerbant sa confiance, l’alcool peut favoriser des comportements violents, des comportements à risque (conduite avec les facultés affaiblies, rapports sexuels non-protégés…) ou encore des comportements suicidaires chez certaines personnes vivant par exemple avec un trouble dépressif, un trouble de la personnalité, etc.

La dépendance psychologique et la dépendance physique

La consommation d’alcool peut causer une dépendance à la fois psychologique et physique. La dépendance psychologique est liée aux effets psychoactifs de l’alcool. La consommation d’alcool peut alors devenir, pour une personne dépendante, le principal ou même le seul moyen utilisé afin de:

  • se détendre,
  • se stimuler,
  • se donner du courage,
  • s’endormir plus facilement

La dépendance physique, elle, est créée par l’accoutumance du corps à l’alcool. Lorsqu’elle arrête de consommer, la personne dépendante peut alors ressentir des symptômes comme :

  • des tremblements,
  • des nausées
  • un rythme cardiaque rapide
  • de l’hypertension artérielle
  • de l’insomnie,
  • de la transpiration excessive,
  • de l’anxiété ou de la dépression,
  • de l’irritabilité,
  • de la confusion

Ces symptômes sont ceux du sevrage, c’est-à-dire de la privation soudaine de la substance dont la personne est devenue dépendante. Les symptômes de sevrage peuvent être ressentis dans les 6h à 48h suivant l’arrêt de l’alcool. S’ils peuvent disparaitre d’eux-mêmes, ils peuvent aussi, dans certains cas, entrainer des complications.

Le traitement du sevrage

Les symptômes de sevrage peuvent être très importants chez une personne dont la consommation est excessive et qui diminue ou arrête subitement de consommer.  Si les effets du sevrage disparaissent en général en 2 à 5 jours, des complications peuvent toutefois survenir et provoquer de la fièvre, des hallucinations ou encore des crises d’épilepsie. Dans les cas les plus graves, un delirium tremens peut plonger la personne dans un coma et entrainer la mort.

Le sevrage alcoolique peut nécessiter un accompagnement médical personnalisé. Lorsque les symptômes de sevrage sont importants, ils peuvent être traités grâce à certains médicaments tels que les benzodiazépines, qui ont un effet tranquillisant et peuvent prévenir, notamment, les crises d’épilepsie. Ils peuvent être renforcés par la prise de bêta-bloquants, d’anticonvulsivants et de neuroleptiques, qui permettent de prévenir l’évolution vers un delirium tremens.

Attention : ces traitements présentent des risques et seuls des professionnels de la santé peuvent décider d’y recourir ou non pour traiter les symptômes de sevrage alcoolique.

Dépistage : auto-évaluer sa consommation

Plusieurs questionnaires ont été développés afin d’auto-évaluer sa consommation d’alcool et de dépister une éventuelle dépendance. On recense notamment les questionnaires :

  • ADS (Alcohol Dependence Scale)
  • AUDIT (Alcohol Use Disorders Identification Test)
  • CAGE (Cut-down, Annoyed, Guilty, Eye-opener)
  • DEP-ADO

Attention: ces auto-évaluations n’ont pas de valeur clinique ou scientifique et ne remplacent pas le diagnostic d’un professionnel de la santé.

Nous pouvons vous aider

Si votre consommation d’alcool ou celle d’un proche vous inquiète, ne restez pas seul avec vos préoccupations : appelez-nous au 1-800-265-2626 ou utilisez le clavardage en bas à droite sur notre site. Nous pourrons vous offrir du soutien et de l’information personnalisés et vous référer vers des ressources adaptées à votre situation. Nos services sont accessibles 24h/24, 7 jours sur 7, anonymes et gratuits.

Pour trouver un centre d’intervention en dépendance et usage de substance, rendez-vous sur trouvetoncentre.com.


Sources : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5) / Organisation mondiale de la Santé (OMS) / Centre québécois de lutte aux dépendances / Cairn.info / Gouvernement du Canada / Société française de médecine d’urgence